Pages Menu
Categories Menu

Posted by on 30 Avr 2016 in Cante l'Aouselou

Un four à pain renaît, une histoire peu banale

Un four à pain renaît, une histoire peu banale

Photo_1Ce samedi 23 avril, le four à pain de l’association Cante l’Aouselou, se réveille de son long assoupissement.

Samedi 23 avril 2016, il est 3H30 à Mirepoix sur Tarn. Tony Capoïa, Jean Rius et Jean-Louis Agard sont sur place pour relancer la chauffe de ce four banal.

Il s’agit de ne pas rater la fête du pain qui réunira 50 personnes. Fête du pain tenue à l’occasion de la journée de travaux pour laquelle une poignée de  bénévoles viendront pour réaliser les travaux d’entretien de la structure d’accueil de personnes handicapées…

Pour en arriver là de nombreuses étapes auront dû être franchies.

Mais tout d’abord présentons l’édifice. Le four est situé sur le site de l’association à Mirepoix sur Tarn, qui domine la vallée du Tarn, à 30 km au nord est de Toulouse et à 3km de Bessières. Au sein d’une ancienne ferme édifiée au 17ème siècle, il est proche d’un pigeonnier qui vient d’être restauré, dans le style et les conditions de l’époque.

Il s’agit d’un four à bois de type romain, formé d’une sole, d’un avaloir, d’une entrée et fermée par une voûte hémisphérique.

Photo_2L’ensemble constitué de briques est abrité dans une petite construction traditionnelle fait d’un mélange de pierres et de briques et couvert d’une toiture à deux pans en tuile romane. Une première rénovation de la toiture, avait permis de mettre hors d’eau le bâtiment pour le préserver de l’usure du temps qu’il avait connu jusqu’en 1990, après 15 années d’abandon.

Photo_3Sa dégradation reste toutefois avancée, et l’ensemble du four nécessite une restauration sérieuse. La voûte s’est affaissée sur son côté gauche, l’assise est à conforter, et la sole à reconstituer entièrement. La bouche d’entrée doit être déposée et remplacée pour accueillir une porte. La voûte doit être reprise sur son côté  gauche pour reconstituer les éléments manquants. L’avaloir et son conduit de fumée, trop lourds et détériorés par les ruissellements de pluie sont à remplacer.

Des contacts préalables pris les années précédentes avec des fourniers n’avaient pu aboutir.

C’est en 2015 que Jean Rius sollicite études ET chantiers Midi-Pyrénées qui intervient dans un contexte de chantiers de jeunes adultes locaux, nationaux, européens et internationaux volontaires et bénévoles. Fédérés autour d’un projet culturellement riche de rénovation du patrimoine et d’apprentissage des savoirs-faire. La visite sur site en octobre 2015  aboutira à la signature d’une convention de travaux pendant la deuxième quinzaine de juillet 2015. Les travaux concernent la réfection de la sole, des murs et de la bouche d’enfournement.

Photo_5Au préalable les bénévoles de Cante l’Aouselou, Gérard Labat, Jacky Léger, Claude Paludetto et Armand Tur, aidés d’un maçon ont assuré la confortation de la charpente et la réfection de la trémie de cheminée. Puis ils ont confectionné et mis en place la hotte de l’avaloir sur la façade du four, installé  l’éclairage.

La collecte de l’équipement auprès d’un ancien boulanger M. Floutard, (maie, pelles, balance, poids, cendrier de récupération des cendres, etc.) a complété l’équipement.

L’approvisionnement du bois fait, la mise en chauffe progressive, servie par de nombreux bénévoles sous la conduite de Tony Capoïa, a débuté le 18 avril 2015.

Photo_6Le four a bien tenu sa remise en service, il a permis de cuire différents pain (seigle, blé) croustades, pizzas, brioches, préparés par les boulangers pâtissiers Thibault et Capoïa, à la grande satisfaction des participants à la journée de travaux de printemps qui réuni environ 50 personnes.

Cette remise en route marque un aboutissement très attendu des plus anciens d’entre nous à l’instar d’Yves Juniet qui nous rappelle l’histoire d’un four dit banal.

Les principales banalités sont :

  • le four banal,
  •  le moulin banal,
  •  le pressoir banal.

Les banalités sont des monopoles technologiques que le seigneur est dans l’obligation d’entretenir et mettre à disposition de tout habitant de la seigneurie. La contrepartie en est que les habitants de cette seigneurie ne peuvent utiliser que ces installations seigneuriales, payantes.

La seigneurie a un rôle symbolique, de représentation du roi et de l’ordre, mais aussi celui d’enrichir le seigneur. La seigneurie confère au seigneur un droit symbolique, d’imposition (fiscal), et de justice (judiciaire) sur les terres et sujets de son domaine.

 

Sous l’Ancien régime, le four banal est un four seigneurial, dont l’usage est obligatoire et taxé comme relevant du droit de ban. Ce privilège sera aboli le 17 juillet 1793.

Longtemps après la fin de ce monopole attaché à l’utilisation en commun de certains équipements (four, moulin, pressoir…), la société rurale conserva cette pratique collective de la cuisson du pain. Pour des raisons techniques (minutie de la construction du four en particulier) et économiques (emploi d’un minimum de bois pour le chauffage), les habitants d’un village se groupèrent pour bâtir un four commun. Le four dit banal est en fait une construction appartenant à la collectivité. Le four individuel n’apparut qu’au XIXème siecle. Il est soit indépendant, mais proche de l’habitation de son propriétaire, soit intégré à cette dernière.

 

Photo_1Dans chaque village et dans beaucoup de hameau, le four avait un rôle important et chaque semaine ou quinzaine selon les besoins, à tour de rôle une famille désignée préparait la pâte, composée de farine, levain, sel et eau, soigneusement travaillée dans un pétrin puis cuite au four banal. Quel beau geste que d’enfourner cette pâte, soigneusement levée, dans l’âtre longuement chauffé avec des fagots de bois. Le temps de cuisson terminé, l’odeur du pain doré embaumait tout le village. Incomparables que ces boules dorés accompagnant, jambon de pays, saucisses sèches, omelette aux lardons et tomme grasse : casse-croûte typique des montagnards.

 

 

 

Un texte qui nous incite à se donner rendez-vous pour la prochaine fête du pain.

Pierre Bourin

91b8573edb166acc4b9d5f668eccf1b0uuu